Ma respiration

La vie moderne conduit à une accélération des rythmes de travail et de vie.  Cette accélération influence notre santé (pas toujours positivement et plus ou moins rapidement). Nos relations, notamment intergénérationnelles, peuvent s’en trouver impactées et se détériorer rapidement.

Nous sommes alors assaillis d’informations qui nous parasitent un peu comme si nous étions dans une boule à neige fortement secouée. Nous ne voyons plus le personnage ou le décor qui est dedans, nous en l’occurrence.

 
Il nous faut donc apprendre à calmer ces pensées parasites et ralentir le rythme de ces activités. Si nous ne faisons pas cela, notre entourage va en pâtir car notre humeur va se détériorer et notre moral va descendre dans une spirale vers le bas.
Afin d’éviter ces inconvénients, il nous faut d’abord apprendre à prendre conscience de notre respiration :


Je mets une main sur le ventre et l’autre sur la poitrine, je vais prendre conscience de comment je respire. Je fais deux ou trois inspirations/expirations.  J’observe et puis je me pose ces questions : 

  • Est-ce que je respire par le ventre ou par la poitrine ?
  • Ma respiration, est-elle lente ou rapide ?
  • Ma respiration, est-elle profonde ou courte ?
  • Comment est-ce que je me sens quand je respire, là, maintenant ?

Si je me sens bien, pour le moment, je peux en rester là.
Si je ne me sens pas bien, je modifie soit mon rythme, soit la profondeur de ma respiration mais surtout pas les deux à la fois.

C’est un exercice que je fais régulièrement et je prends ainsi conscience de comment je respire et comment je me sens. C’est le premier pas vers la prise de conscience de comment je me sens avec ce que je vis là, au présent.

Partagez cet article!